Droits d'auteurs et citations

Tous les éléments publiés sur ce blog peuvent être utilisés avec l'accord de l'auteur du blog et A LA CONDITION de citer les sources utilisées (qu'il s'agisse du ou des billets utilisés comme des auteurs cités dans le blog). Merci de respecter les droits d'auteur (pour tous les textes et documents utilisés dans le blog, y compris pour les auteurs cités). Pour me contacter : benedicte.tratnjek[at]gmail.com

jeudi 18 mars 2010

"Sturm / La révélation" : un film sur le TPIY


Présenté à la Berlinale 2009, le film La révélation (titre original : Sturm), réalisé par Hans-Christian Schmid, propose de plonger les spectateurs dans les rouages du jugement d'un criminel de guerre au TPIY (tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie). Ce film est une fiction qui nous entraîne à suivre Hannah Maynard,  procureur au tribunal de Den Haag, alors qu'elle mène l'accusation contre Goran Duric, un ancien général de l'armée populaire Yougoslave, accusé de crimes de guerre lors du conflit en Bosnie-Herzégovine (voir le synopsis et une critique).


Une lecture géopolitique :
La première lecture que l'on peut faire de cette fiction est géopolitique, du fait de l'importance de la mise en scène des personnages, comme personnification des diverses forces politiques à l'oeuvre dans ce tribunal. Il est important de ne pas oublier le contexte dans lequel a été créé le TPIY : cette justice internationale est à la fois une grande réussite de la communauté internationale (puisqu'il s'agit du premier tribunal international qui ne met pas en scène des vainqueurs jugeant des vaincus, mais amenant les criminels de guerre à répondre de leurs actes quelque soit leur "camp") et un profond échec (le TPIY a été créé pendant la guerre, comme une sorte de "justification" relevant de la "bonne conscience" de la communauté internationale face à son manque d'intervention : rappelons que pendant 3 ans ont été déployés en ex-Yougoslavie des Casques bleus qui avaient pour mission d'apporter une aide humanitaire aux populations mais n'avaient aucun droit d'intervenir dans le conflit. Il a fallu attendre le passage d'une intervention ONU à une intervention OTAN pour que la communauté internationale prenne part au conflit en tant que force armée, et ce en 1995). Les personnages sont ainsi une mise en perspective des rivalités de pouvoir qui s'opposent dans le TPIY. Le personnage principal, en tant que procureur défendant l'accusation, représente ainsi les intérêts d'une justice internationale qui peine à se définir, entre des acteurs finançant le TPIY et cherchant à le fermer le plus rapidement possible (l'Union européenne est ainsi mise en scène par le biais du conjoint d'Hannah), entre les différents juges (soumis eux aussi à des pressions entre financement et volonté de traduire la justice), les victimes et leur désir de justice (parfois au prix de mensonges), les criminels de guerre eux-mêmes et leurs avocats (l'avocat de Goran Duric rappelle ainsi à Hannah combien son client est un héros dans son pays, faisant référence à toute la mythification des criminels de guerre pour les uns, héros de guerre pour les autres, et toute la folklorisation de la vie politique que l'on avait déjà abordé à propos de l'ouvrage d'Ivan Colovic, Le Bordel des guerriers). Autant de personnages permettent au réalisateur de donner un aperçu des discours politiques et des jeux de pouvoir qui font les relations internationales.


Une lecture géographique :
Une seconde lecture de ce film est géographique et s'attache aux lieux et aux cheminements empruntés par Hannah pour obtenir la condamnation de Goran Duric. Hannah parcourt ainsi de nombreux lieux, sans qu'on l'aperçoive dans les différents modes de transport, à l'exception de quelques scènes de taxi. Le film est rythmé par cette approche spatiale qui entraîne le spectateur depuis le bureau d'Hannah et la salle de tribunal, jusqu'à la banlieue de Sarajevo et aux villages où elle tente d'obtenir des preuves incriminant Goran Duric, à Berlin où elle cherche à convaincre une jeune femme de témoigner, mais aussi des chambres et de nombreux halls d'hôtel, des plages, des couloirs... Hannah est un personnage en constant mouvement, que l'on voit le plus souvent immobile. Une métaphore des (im)mobilités de la justice internationale. Les lieux de l'intime se mélangent aux lieux de l'enquête et aux lieux de la pratique de la justice internationale. Le spectateur met toujours un instant avant de comprendre où se retrouvent le personnage. De ce rythme saccadé, le film tire parti des lieux, plutôt que des territoires ou des espaces, pour entraîner le spectateur dans les doutes et les difficultés pour cette procureur de mener une instruction dans laquelle les enjeux politiques sont omniprésents.


=> Le film ne se donne pas pour objectif d'expliquer le conflit de Bosnie-Herzégovine, et ne fait pas l'erreur de laisser penser qu'il est un documentaire, mais entraîne, par le biais de la fiction, à se questionner sur le fonctionnement de la justice internationale (rappelons le paradoxe même de l'existence d'une justice - pouvoir régalien - internationale), sans dénonciation "facile".






4 commentaires:

Frédéric a dit…

Je ne connaissait pas ce film, merci de ces ''explications de texte'' :)

Tratnjek Bénédicte a dit…

J'ai esayé de ne pas dévoiler les différentes étapes du film pour laisser la surprise à ceux qui iraient le voir (bien qu'à mon goût, l'intérêt du film soit ailleurs que dans le "suspens"). Mais il vaut le détour, ce fut une agréable surprise de découvrir ce film.

Tratnjek Bénédicte a dit…

D'ailleurs, à noter sur la justice internationale que deux émissions du Dessous des cartes ont été récemment consacrées à cette question :

Mondialisation de la justice (1)
Emission du 13 février 2010
Les cartes et les commentaires : http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/le-dessous-des-cartes/392,CmC=3063158,view=maps.html

Mondialisation de la justice (2)
Emission du 20 février 2010
Les cartes et les commentaires :
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/le-dessous-des-cartes/392,CmC=3074328,view=maps.html


Egalement la parution ce mois-ci d'un ouvrage sur cette question :
Isabelle Delpla et Magali Bessone (dir.), Peines de guerre. La justice pénale internationale et l’ex-Yougoslavie, Editions de l'EHESS, collection En temps & Lieux, mars 2010, 320 p.

PRESENTATION DE L'EDITEUR
Cet ouvrage analyse la réception du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), créé en 1993 pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine. Les auteurs rompent avec une lecture réductrice qui perçoit cette justice comme une importation dans l’espace yougoslave.
Les auteurs, juristes, philosophes, historiens et anthropologues, rompent avec une lecture réductrice qui perçoit cette justice comme une importation dans l’espace yougoslave. Ils soulignent l’appartenance de ces pays à un espace européen, leur héritage historique, philosophique et juridique. La condamnation du génocide était inscrite dans le droit pénal de la Yougoslavie, lieu de crimes nazis, représenté à Nuremberg. Le dialogue mené entre juristes, philosophes, historiens et anthropologues éclaire des aspects délaissés de la justice pénale internationale, tels que le rôle croissant des historiens comme témoins experts, la philosophie de la peine. Les études de terrain révèlent également le point de vue des acteurs : autorités religieuses, témoins, associations de victimes, criminels, enfin les femmes et hommes ordinaires.

SOMMAIRE :

Remerciements
Abréviations

Isabelle DELPLA Introduction. La réception du TPIY : héritage philosophique, contingence historique, universalité morale
Stéphanie MAUPAS Bref historique. Le TPIY et la politique pénale du Bureau du procureur

Première partie
Construction historique des catégories juridiques et philosophie de la peine
Joseph KRULIC – Les procès Mihailović et Stepinac de 1946 au regard des critères du procès équitable
Yann JUROVICS – Sur les catégories juridiques de crime contre l'humanité et de génocide
Xavier BOUGAREL – Du code pénal au mémorandum. Les usages du terme génocide dans la Yougoslavie communiste
Petar NOVOSELEC – Conception de la peine dans la philosophie et le droit pénal d’ex-Yougoslavie
Ivan Vuković – La philosophie pénale en ex-Yougoslavie. Un épisode
Jan Christoph NEMITZ – La pratique en matières de peines du TPIY

Deuxième partie
Expertise, procédures et production de vérité
Vladimir PETROVIC – Les historiens comme témoins experts au TPIY
John B. ALLCOCK – Le praticien des sciences sociales en qualité d’expert et de témoin
Romana SCHWEIGER – Entre recherche de la vérité et pragmatisme le plea bargaining au TPIY et en Bosnie-Herzégovine
Wolfgang SCHOMBURG – Sur le rôle des procédures dans l’établissement de la vérité
Magali BESSONE – Apories de la transparence au TPIY

Troisième partie
Réceptions locales
Significations sociales et morales de la justice pénale
Samuel TANNER – Crimes de masse et justice en ex-Yougoslavie. Une ethnographie de quatre exécuteurs serbes
Klaus BUCHENAU – Les Églises et le TPIY. Perspectives serbe orthodoxe et croate catholique
Christian MOE – La justification du statut de victime. La réception du TPIY par les musulmans de Bosnie-Herzégovine
Elissa HELMS – Justice et genre. Mobiliser les survivantes de guerre bosniaques
Isabelle DELPLA – Catégories juridiques et cartographie des jugements moraux. Le TPIY évalué par victimes, témoins et condamnés

Bibliographie sélective
Index
Liste des contributeurs
Table des cartes
Table des matières

Adam a dit…

J'ai fais le même découverte que toi et j'ai pensé à une de nos conversations lorsque le représentant européen à cette remarque: "Si je pouvais empiler leur crâne devant ma porte, je le ferais". Un incroyable aveu de civilisation et d'impuissance... Un excellent film, vraiment.