Droits d'auteurs et citations

Tous les éléments publiés sur ce blog peuvent être utilisés avec l'accord de l'auteur du blog et A LA CONDITION de citer les sources utilisées (qu'il s'agisse du ou des billets utilisés comme des auteurs cités dans le blog). Merci de respecter les droits d'auteur (pour tous les textes et documents utilisés dans le blog, y compris pour les auteurs cités). Pour me contacter : benedicte.tratnjek[at]gmail.com

samedi 5 avril 2014

Journée d’études : “Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinée” (17 avril 2014, Lyon)

Le jeudi 17 avril 2014, le laboratoire junior Sciences dessinées vous propose sa quatrième journée d’études : après la science (avec Marion Montaigne), la ville (avec Benoît Peeters) et la violence (avec Kris), nous vous invitons à partager avec nos intervenants et l”auteur Etienne Davodeau une réflexion sur “Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinée“, à l’ENS de Lyon (salle F08, entrée libre, 9h30-17h30, site René Descartes, 15 parvis René Descartes, métro Debourg,Lyon, voir le plan d’accès).



PROGRAMME DÉTAILLÉ

Matinée : IMAGINER ET
REPRÉSENTER LA NATURE EN BD
  • 9h35-10h15 : Julie Le Gall (maître de conférences en géographie, ENS de Lyon) : Le monde rural en BD : une approche militante
  • 10h15-10h55 : Paul Arnoud (professeur des Universités en géographie, ENS de Lyon) : Le vivant mis en case. Arbres et forêts dans quelques bandes dessinées
  • Pause
  • 11h10-11h50 : Véronique Servat (professeur en histoire-géographie, collège Paul Eluard de Montreuil) : Regards croisés sur la nature en bande dessinée, entre risques et ruralité
  • 11h50-12h30 : Frédéric Ducarme (doctorant au Musée national d’histoire naturelle) : La nature dans Dragon Ball

Après-midi : BANDE DESSINÉE, NATURE ET ENGAGEMENT
14h00-17h30 : Grand entretien avec ÉTIENNE DAVODEAU


jeudi 3 avril 2014

Semaine arabe de l'ENS 2014 : Territoires et frontières (4-11 avril 2014, Paris)

Pour l'édition 2014, la Semaine arabe de l'Ecole normale supérieure aura pour thème : "Territoires et frontières". Elle se déroulera du vendredi 4 au vendredi avril 2014. Le riche programme allie conférences et tables-rondes, théâtre, cinéma (My Land de Nabil Ayouch, Rome plutôt que vous de Tariq Tegula, Babylon d'Ismaël, Youssf Chebbi et Alaeddine Slim, Syrie : instantanés d'une histoire en cours du collectif syrien Abou Naddara, et de nombreux courts métrages), spectacles (concerts, contes orientaux…), ateliers (calligraphie, cuisine, écriture) et expositions.

L'une des expositions sera consacrée à une série de cartes réalisées par Noria (dont les cartes déjà publiées sur le site de Noria et certaines cartes inédites), qui sera inaugurée le lundi 7 avril à 17h00. Ce sera notamment l'occasion de revenir sur le making-of des cartes Syria Disunited: Regime and Rebel Military Positions (october 2013) et The Strategy of ISIL: Controlling thé Northern Border (october 2013) (voir la page "Mapping Competing Strategies in thé Syrian Conflict" sur le site de Noria). Voir également les billets "Syrie, cartographie d'une guerre : représenter l'espace des conflits" et "Syrie, cartographie d'une guerre : représenter l'espace des conflits (2)".

Illustration par Zeina Abirached



Présentation de la Semaine arabe de l'ENS 2014 :
Alors que les « révolutions arabes » en Tunisie, Egypte, Syrie et ailleurs restent marquées par l’importance des circulations politiques et des déplacements humains mais aussi par la singularité des contextes nationaux, la Semaine arabe a choisi cette année d’interroger le thème des frontières et des territoires.

Les frontières constituent un objet d’étude privilégié des recherches sur le monde arabe, dessinant les contours territoriaux de la souveraineté des États et déplaçant sans cesse les limites du « monde arabe » lui-même. En explorant l’épaisseur historique de ces tracés, la Semaine arabe espère apporter un éclairage sur la formation conflictuelle des démarcations étatiques, leur matérialisation (par un mur, un fleuve, etc.) et la contingence de leur représentation cartographique. Cet éclairage permettra en outre d’interroger le mythe intégrateur de la mondialisation, conçue comme l’avènement imminent d’un monde sans frontières. En effet, les tensions persistantes autour du Sahara ou de la frontière israélo-palestinienne semblent rendre illusoire l’image d’un monde “dé-territorialisé”.

Au-delà des enjeux géopolitiques, les frontières arabes apparaissent aussi comme des espaces privilégiés de rencontres et de confluences. En effet, les frontières s’inscrivent au cœur d’oppositions dialectiques reflétant leurs diverses fonctions : le cloisonnement et la circulation, l’obstacle et le passage, le contrôle et l’échange, la marge et l’interface. Structurée par cette dualité fonctionnelle entre coupure spatiale et espace de contacts, la frontière se révèle propice à l’analyse des circulations et des échanges.

Enfin, si assigner des limites et circonscrire revient à conférer une identité à un territoire, ces démarcations ne peuvent laisser indemne le sujet parlant et écrivant. En effet, les dynamiques d’appartenance à un lieu, un pays ou une culture, propres à chaque individu, toujours mobiles et multiples, sont étroitement associées à des frontières imaginaires et des délimitations mentales. Ces frontières intérieures, qui interrogent expressément les jeux d’identité des intellectuels arabes à leur langue et leur culture, seront aussi mises en lumière.




samedi 15 mars 2014

Journée d'études : "Littérature et politiques de la mémoire dans les Balkans post-yougoslaves" (18 mars 2014, Toulouse)

Dans le cadre du séminaire "Mémoires dominées et créations critiques dans les sociétés post-traumatiques" (MémoiCris), Galia Valtchinova organise une journée d'études, le mardi 18 mars 2014 à Toulouse (9h00-17h00, salle D155, Maison de la Recherche) intitulée Littérature et politiques de la mémoire dans les Balkans post-yougoslaves. Approches anthropologiques d'auteurs et d'oeuvres, entre histoire et mémoire. Cette journée est l'occasion d'interroger les liens entre littérature et engagement politique, littérature et représentations de discours politiques, littérature et mémoire politique... dans le cas des territoires post-yougoslaves (notamment autour des oeuvres d'Ivo Andrić, Ismaïl Kadaré, Emir Kusturica...)

dimanche 9 mars 2014

Café géo "Les déplacés de guerre dans la ville au Mozambique" (18 mars 2014, Montpellier)


Les Cafés géographiques de Montpellier invitent la géographe Jeanne Vivet (maître de conférences en géographie à l'Université Bordeaux III) le mardi 18 mars 2014 pour un débat sur « Les déplacés de guerre dans la ville au Mozambique » (au café Riche, place de la Comédie, Montpellier, entrée libre, salle à l’étage : voir toutes les informations et un plan d'accès sur le site des Cafés géographiques).

Jeanne Vivet est l'auteur d'une thèse de doctorat en géographie intitulée Déplacements forcés et citadinité. Les deslocados de guerre à Maputo (Mozambique) (Université Paris X, 2010 : voir la présentation de la thèse par Jeanne Vivet pour la revue Carnets de géographes). Sa thèse a été éditée sous le titre Déplacés de guerre dans la ville. La citadinisation des deslocados à Maputo (Mozambique) (Jeanne Vivet, éditions Karthala, 2012 : voir la recension de Catherine Fournet-Guérin pour la revue L'espace politique).

L'un des apports de ses travaux est d'avoir questionné les déplacés de guerre « invisibles », c'est-à-dire ceux qui ne sont pas pris en charge dans des camps de migrants de guerre et s'installent dans des espaces de vie « ordinaires » au sein du tissu urbain (voir également le billet du 8 février 2010).

Elle est également l'auteur de nombreux articles dont :
Voir l'ensemble de ses publications. Voir également : Karine Ginisty et Serge Weber, 2013, « Paroles d’invisibles : regards sur le droit à la ville à Maputo », EchoGéo, entretien autour de l'ouvrage de Jeanne Vivet, n°18.


samedi 8 mars 2014

Bangui, terreur en Centrafrique : géographie d’un conflit en bande dessinée

Proposée en ligne gratuitement par La Revue dessinée, la bande dessinée Bangui, terreur en Centrafrique de Didier Kassaï offre un témoignage dessiné sur le quotidien dans la capitale centrafricaine entre le 5 décembre 2013 et le 4 janvier 2014. En 19 planches (découpées en 4 épisodes), Didier Kassaï se représente dans ses espaces de (sur)vie, évoque la situation de sa famille (et la particularité de la mixité de son couple, lui étant chrétien et sa femme, Sada, musulmane), entraîne le lecteur dans les territoires du quotidien depuis l'espace domestique comme espace-refuge (mais non pas comme espace à l'abri de toutes les menaces) et la rue comme territoire du danger, dessine les (im)mobilités "ordinaires" du quotidien dans le contexte extraordinaire de la guerre et les territoires de l'exil des déplacés de guerre, les difficultés pour accéder aux guichets de la banque et de fait à son argent, les relations de voisinage telles qu'elles peuvent dépasser les divisions interethniques, le "nettoyage ethnique" en cours, la géographie de la terreur telle qu'elle s'installe dans les territoires du quotidien...




Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 13, épisode 3.
Cité dans Bénédicte Tratnjek, 2014, "Bangui, terreur en Centrafrique : géographie d'un conflit en bande dessinée (La Revue dessinée)", carnet de recherche Sciences Dessinées, 8 mars 2014.


"La Revue dessinée (magazine trimestriel qui propose des reportages, des documentaires et des chroniques en bande dessinée) propose à ses lecteurs de découvrir sur son site Internet le témoignage dessiné de Didier Kassaï (illustrateur, caricaturiste, auteur de BD et aquarelliste centrafricain) sur la guerre qui se déroule en Centrafrique, et plus particulièrement à Bangui, la capitale, où il réside. Sur le site de La Revue dessinée, la bande dessinée est accompagnée d’un dossier présentant quelques enjeux de la République centrafricaine. En 4 épisodes, la bande dessinée propose ainsi une géographie subjective sur la guerre en République centrafricaine. En suivant le parcours de Didier Kassaï et de ses proches, le lecteur se confronte donc à un témoignage sur l’habiter dans une ville en guerre. “Pour éclairer le vécu des Centrafricains, voici le témoignage d’un auteur de bande dessinée, habitant de Bangui. Didier Kassai est chrétien, mais cela ne faisait pas de différence jusqu’à maintenant. Sa femme est musulmane, mais là aussi, cela ne changeait pas le quotidien de cette famille sans histoire. Leur environnement a basculé l’été dernier, avec les premiers massacres à coloration confessionnelle. Coloration, car les motivations profondes de cette nouvelle guerre pour le pouvoir ne semble guère reposer sur de vrais antagonismes religieux. Il est plutôt question d’appétits politiques, économiques et sociaux” (présentation par La Revue dessinée)." Lire la suite -->

vendredi 28 février 2014

Meilleurs voeux de Mostar : La bande dessinée, la ville et les espaces de la nostalgie

Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,
Dargaud, extrait de la planche 1
.
Voici quelques billets réalisés dans le cadre de ma participation au Laboratoire junior Sciences Dessinées (ENS de Lyon) autour de la bande dessinée Meilleurs voeux de Mostar de Frano Petruša (Dargaud, 2012).

Beaucoup d'angles auraient pu permettre d'aborder cette bande dessinée, qui fait de la ville de Mostar (devenue "célèbre" par la destruction de son pont le 9 novembre 1993 - le 20ème anniversaire de cette destruction a été l'occasion de lancer cette série de billets) bien plus qu'un espace-décor (que l'on oublierait et qui ne serait qu'un "prétexte" à l'histoire). Le lecteur y découvre le retour de Frano Petruša dans la ville de son adolescence, 20 ans après son départ.

"La bande dessinée propose un voyage dans Mostar par la nostalgie : le lecteur y suit le parcours de Frano Petruša, qui, au gré de son errance dans la ville de son adolescence, se souvient d’événements à la fois anodins et marquants. Cette lecture permet ainsi au lecteur de découvrir “la ville du pont” du temps du “Vieux pont” (le pont de Mostar se nomme le Stari Most, “le Vieux pont” : le pont reconstruit est souvent appelé, avec raillerie parfois, le “nouveau Vieux pont”) sous le prisme d’un regard naïf, celui d’un adolescent qui se préoccupe plus d’amitiés et d’amourettes, de basketball et de bagarres, que des événements politiques qui vont signer la fin de la Yougoslavie. Pourtant, ce regard naïf montre bien les paradoxes de cet espace de vie marqué par le multiculturalisme, entre tolérance et incompréhension, entre solidarités et rejet." (billet introductif de la série).


Pour poursuivre la lecture : SÉRIE "MEILLEURS VOEUX DE MOSTAR"

jeudi 27 février 2014

Séminaire : "Purifier et détruire": penser la violence symbolique dans la guerre par l'approche spatiale (5 mars, EHESS)


La prochaine séance du séminaire "Sociologie des conflits armés" de l'EHESS questionnera la violence symbolique dans la guerre pensée par l'approche spatiale. Cette séance aura lieu dans la salle de séminaire du CRPS (Sorbonne, 14 rue Cujas, au 3e étage, Paris), le 5 mars 2014 de 17h00 à 19h00.




Présentation de la séance :
Dans son texte "Effet de lieu" (dans La misère du monde), Pierre Bourdieu met en avant que toute sa réflexion sur la violence symbolique a manqué une perspective qui aurait dû être son point de départ : l'approche spatiale. Décrivant les banlieues françaises, il pointe la nécessité de réfléchir à cet "effet de lieu" qui reste à définir et à conceptualiser. L'appropriation et le marquage symbolique de l'espace sont, en effet, des grilles de lecture qui permettent de comprendre ce que la géographe Elisabeth Dorier-Apprill a nommé "l'efficacité géographique de la guerre" (Vies citadines), c'est-à-dire l'ancrage visible et invisible de la conflictualité dans les territoires par-delà le seul temps des combats. "Le marquage fonctionne comme violence symbolique lorsqu'il inscrit dans la durée l'affirmation de formes d'appropriation de l'espace, dont le caractère socialement arbitraire finit par ne plus être perçu, en évitant donc le recours permanent à la force pour imposer un pouvoir sur un espace donné" (Vincent Veschambre). Souvent mobilisée en sociologie des conflits et en relations internationales (Thomas Lindemann), la violence symbolique sera ici questionnée par le prisme du marquage de l'espace et l'appropriation territoriale des acteurs en armes. Le quadrillage du territoire n'a pas que des objectifs purement "militaires", mais aussi des finalités politiques, idéologiques et symboliques. Le géographe Michael F. Davie observe, dès 1992, l'importance du "placardage" iconographique dans Beyrouth en guerre, et analyse la diversité de l'affichage comme une appropriation de "quartiers-territoires" par les acteurs en armes et les acteurs politiques. La territorialisation par cette violence symbolique est aujourd'hui encore un enjeu majeur dans de nombreux conflits : qu'ils s'agissent de la destruction ou de la (re)construction, l'espace est mis en scène, "publicisé". La destruction de lieux de pouvoir en Afghanistan, des statues dans le monde arabe, des bibliothèques dans les guerres de Croatie et de Bosnie-Herzégovine, des mausolées de Tombouctou ou du patrimoine culturel mondial en Syrie sont certainement les aspects les plus connus (parce que les plus visibles et les plus médiatiques) de cette appropriation territoriale par la violence symbolique. La (re)construction de statues (telle que le projet Skopje 2014) ou de lieux d'une mémoire  participent tout autant des "mémoricides", des "urbicides" et des "nettoyages territoriaux". Il s'agira de tenter de définir ces néologismes, d'en montrer les apports pour penser, par la géographie des conflits, la "géographie de la peur" telle qu'elle se dessine et s'ancre par-delà le temps des combats, et inscrit la conflictualité dans les territoires du quotidien. Le titre "Purifier et détruire" de l'ouvrage de Jacques Sémelin sera ici "détourné" de son approche politique, pour questionner les spatialités des destructions, la mise en scène de l'espace, et l'ancrage des "nettoyages territoriaux".




mercredi 26 février 2014

Journée d’études sur l’espace adriatique : histoire, archéologie, géographie (26 mars, Saint-Etienne)

La 5e journée d’études en histoire et géographie au lycée Claude-Fauriel aura pour thème l'espace adriatique. Elle se déroulera le mercredi 26 mars 2014 (9h-12h30 / 14h-16h) à Saint-Etienne (accès libre et gratuit).




Présentation et programme de la journée d'études :

Cette journée pluridisciplinaire s’inscrit dans le cadre de la préparation de deux voyages d’études-pour les étudiants de CPGE des filières économique (Venise) et littéraire (Circum-Adriatica), elle est organisée par leurs professeurs : François Arnal (géographie), Nadia Saint-Luc (philosophie), Giovanni Stranieri (italien), Franck Thénard-Duvivier (histoire), avec le soutien de l'association Khâgne 42.


9h-12h30 : l’Adriatique antique et médiévale

- Le canal d’Otrante dans l’Antiquité : mobilités et frontières dans l’aire ionio-adriatique, par Jean-Luc LAMBOLEY, ancien élève de l’ENS, ancien membre de l’EFR, professeur d’histoire grecque à l’Université Lumière Lyon 2.

- L’aire d’influence ecclésiastique d’Aquilée dans le haut Adriatique aux IVe-VIe siècles, par Pascale CHEVALIER, maître de conférences en histoire de l’art médiéval au département d’histoire de l’art de Clermont II.

- Les relations trans-adriatiques du nord de l’Albanie avec la Sicile angevine, Venise et Rome dans l’architecture religieuse des IXe au XIVe siècle, par Bruna BREGU, doctorante en histoire et archéologie en co-tutelle (Albanie/Besançon).


14h-16h : l’espace adriatique à l’époque moderne et contemporaine

- Venise, reine de l’Adriatique, XVe-XVIIe siècles, par Marie F. VIALLON, professeur des universités (Lyon 3), spécialiste de la civilisation italienne, auteur de Venise et la porte ottomane (1453-1566), Paris, Économica, 1995.

- Les paysages de Mostar, des « espaces de la nostalgie » : géographie culturelle de l’espace post-yougoslave, par Bénédicte TRATNJEK, géographe, IRSEM (Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire), chargée de cours à l’ISFEC de Rennes et à l’Université Lyon 3.



Informations pratiques :
  • Lieu : grand amphithéâtre du lycée Claude-Fauriel, 28 avenue de la Libération, 42007 Saint-Etienne. 
  • Renseignements / contact : Franck.Thenard-Duvivier@ac-lyon.fr
  • Source de l'information : site de l'AK42 (association de la Khâgne 42 Fauriel)

lundi 17 février 2014

Des symboles dans la ville : Vučko, la mascotte des Jeux olympiques d'hiver de 1984 à Sarajevo

Il y a tout juste 30 ans, le 7 février 1984, étaient lancés les Jeux olympiques d'hiver de Sarajevo. Avec eux naissaient la mascotte, le loup Vučko. Alors que s'ouvrent les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi (voir Kurt Scharr, Ernst Steinicke et Axel Borsdorf, 2012, "Sotchi/Сочи 2014 : des Jeux Olympiques d’hiver entre haute montagne et littoral", Revue de géographie alpine, vol. 100, n°4/2012) pour lesquels nombre de commentateurs et de chercheurs ont insisté sur le grand rôle géopolitique d'un tel méga-événement sportif* et que les manifestations gagnent en ampleur dans les rues sarajéviennes (voir le dossier "Bosnie-Herzégovine : la révolte sociale gagne tout le pays", Le Courrier des Balkans et le suivi minute par minute proposé par les journalistes du Courrier des Balkans depuis Sarajevo et Tuzla), cet anniversaire passe relativement inaperçu. Dans la médiatisation des manifestations en Bosnie-Herzégovine (assez faible dans les médias, au vu d'une actualité internationale très chargée, même si ces événements mériteraient tout de même une grande attention), quelques allusions aux Jeux olympiques de 1984. "Ces manifestations, qui avaient lieu pour la troisième journée d'affilée, sont d'une ampleur sans précédent dans l'ex-république yougoslave qui, il y a trente ans jour pour jour, accueillait les Jeux olympiques d'hiver" ("Bosnie : le siège de la présidence à Sarajevo incendié par des protestataires", Le Monde, 7 février 2014). Au lendemain de cet anniversaire, peu de médias semblent, en France, avoir proposé un article sur les 30 ans des J.O. de Sarajevo, qui, en leur tour, avaient eux aussi montré l'importance géopolitique des méga-événements sportifs ("Sarajevo 1984 : trente ans et une guerre plus tard", Le Monde, 8 février 2014, article mis en ligne dans le dossier "Sotchi 2014"). D'autres médias vont préférer des titres bien racoleurs pour parler des manifestations (tels que Le Républicain Lorrain qui titre "Bosnie, tiers-monde au coeur de l'Europe", 9 février 2014, oubliant le sens même de l'expression "tiers-monde" ; "J.O. Rétro : 30 après, Sarajevo pleure la fraternité perdue", France Ouest, 5 février 2014 ; "Sarajevo : les vestiges des jeux olympiques de 1984", L'Express, 5 février 2014). Entre relatif silence médiatique et racolage de certains titres autour des manifestations, l'occasion ici de rappeler ce qu'ont représenté les Jeux olympiques d'hiver de 1984 à Sarajevo, tant dans l'aménagement urbain que dans la géopolitique mondiale, et leurs poids dans les mémoires et dans la ville aujourd'hui.

* Sans prétendre à l'exhaustivité, voir notamment :
- Yann Roche, "Géopolitique des Jeux olympiques : les enjeux de Sotchi", L'actualité, 29 janvier 2014.
- Alla Lebedeva, "Sotchi, ville olympique", L'actualité, 30 janvier 2014.
- Aurélie Allain, "Jeux de Sotchi : antiterrorisme ou dérive sécuritaire ?", L'actualité, 31 janvier 2014.
- Elisabeth Vallet, "Des Jeux olympiques d'hiver... sous les Tropiques", L'actualité, 3 février 2014.
- Aurélie Allain, "Sotchi : au coeur de la poudrière du Nord-Caucase", L'actualité, 4 février 2014.
- Régis Genté, "J.O. Russie, Poutine, Caucase, Sotchi... Que signifient ces mots ?", entretien réalisé par Pierre Verluise, Diploweb, 6 février 2014.
- Emission : "JO de Sotchi : le monde du sport doit-il se taire ?", Du Grain à moudre, France Culture, 5 septembre 2013.



dimanche 16 février 2014

Séminaire : "Espaces fluides / espaces solides" (EHESS, 20 février)

Suite à son texte texte "Espaces fluides et espaces solides : nouvelle réalité stratégique ?" (Revue de défense nationale, n°753, octobre 2012), Laurent Henninger propose d'approfondir la réflexion dans son séminaire mensuel à l'EHESS. La prochaine séance portera sur l'approche géographique. Elle aura lieu le jeudi 20 février 2014, à l'EHESS (salle 9, 105 boulevard Raspail, Paris 6ème arrondissement) de 17 h à 19 h00.



Espaces fluides et espaces mobiles :
penser l'incertain de la guerre par la dimension spatiale

Ces dernières années, la géographie militaire renoue avec son utilité sociale : produire un savoir utile aux militaires, mais aussi un savoir sur le fait militaire. Néanmoins, de nombreux chantiers restent à mener. En proposant, dans son article "Espaces fluides et espaces solides : nouvelle réalité stratégique ?", de se confronter aux réalités spatiales des espaces de la guerre, Laurent Henninger propose également une invitation à une réflexion sur la géographie et la cartographie de la guerre. La guerre dessine une géographie du mouvement, dont il est parfois difficile de rendre compte, par exemple dans des productions cartographiques tendant à figer les réalités de la guerre. Comment, par exemple, rendre compte de la géographie de la rumeur ou des impacts des blogs et réseaux sociaux dans la diffusion de la contestation ou de l'affrontement armé dans les territoires en guerre ? On confrontera les "espaces fluides" et les "espaces mobiles" (Denis Retaillé) pour tenter de dégager quelques pistes de réflexion pour penser l'incertain de la guerre au prisme de la géographie. Le géographe Yves Lacoste n'écrivait-il pas La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre en 1976 ? Si cet essai avait d'abord pour objectif de militer pour une géographie engagée qui ose aborder la politique et le politique dans leurs spatialités, la formule a connu un grand succès, par-delà le contenu de l'ouvrage : ainsi, beaucoup ont pu écrire que la géographie, ça sert aussi à construire la paix. La dialectique espaces fluides / espaces solides peut alors être une invitation à redessiner une géographie de la guerre qui tienne à la fois compte des enjeux politiques et stratégiques (géographie politique et géopolitique) et des réalités spatiales vécues par les habitants "ordinaires" (géographie culturelle). Elle invite, en outre, à confronter les visibilités et les invisibilités de l'efficacité géographique de la guerre.

Source : Denis Retaillé, 2011, "Introduction à une géographie des conflits",
L'Information géographique, vol. 75, n°3/2011, pp. 6-22.